Your browser does not support JavaScript! Joyeux Récits du Terroir Fougerais

La purge

J'ai té be malade, je n'creuyais jeumais n'en r'veuni. Je n'pouvais pas prendre sû la mangerie, et le si poi que j'prenais ça me gonfieu comme une busse et je n'pouvas s'ment pas r'drupeu. Dans ia maison, j'mappoyais au meube, et quand j'allas dans les champs, avec les siens d'cé nous, falleu m'païsseu aux barrieures et j'bruchais comme une bête â cônes!

Un seumedi, le père y m'dit: "Je seu quasiment futé de t'oui cusseu, j'v'as t'emmeneu au meudecin". - "Au meudecin, à c'que j'dis, pour ka faire. Ça s'passera ti pas comme c'est v'nu". Mais le père, le gars et la fille la Marie-José y se mirent tous après ma et fallit bé deumareu. "Ça se trouve ta fé ben à c'qui dit mon bonhomme, faut q'jaille sû le marcheu pour alleu vâ l'prix des p'tits pourciaoux, durant que j'vas y ête lalain, tu vas alleu va le meudecin, et on va y ête prêts ensembe".

Mais je m'dis. Alleu cé queu meudecin? Je n'ai jamais eu affaire, j'ai bonne envie d'alleu çé ie sien qu'a soigne la Thérèse Branchu, ma cousine. Elle euteu bé basse, il a tout né bé rencontré et à c'te heure ci, elle est bé d'aplomb. Y n'a qui disent qu'il est un p'tit ka fumelieu, mais je seu bè capabe de m'en deufende!

Quand j'arrivis cé li, y n'aveu cinq à passeu avant ma: une menaïgeure qu'eteu embarrâssée de six mois et qui ne bourdeu pas d'eurdrupeu et de janguilleu sû sa chaire. Je m'dis en ma même: "A queuque cheuse près elle est prise comme ma".

Y aveu deux jeunes qui v'naient passeu la r'vue pour se marieu et ils étaient tout le temps en train de s'leucheu.

Y aveu une fomme de la ville qui se parleu et qui s'bouzineu. Elle aveu un p'tit miroueu et yé s'metteu du rouge sû les leuves. Ah, j'pensis en ma même: "Si t'étais attelée avec le père d'e cé nous, tu n'aurais point l'temps de te beurreu la goule!".

Tout d'un coup, j'vis un homme auprès d'la porte, je dis tiens mais c'est le gars Chevreu de La Bussonas. "Te vaïci par là, ta aussi". Y dit: "Vaïre, j'ai les hemoruites, je ne peux s'ment pas m'assir. J'ai geugné ça à la guerre. Mais, j'attend la patronne, passez avant ma, vous la mère".

Me vaïci rentrée cé le toubi qui m'regardeu dans le bianc d'zyeux. Je vlis yi raconteu comment que j'étais prise. "Déshabillez-vous" à c'qui m'dit. Et falli bé tireu toutes mes hardes et m'allongeu sû sa tabe qu'eteu freude comme un vlin. Je n'avas déjà  mare!...
"Vous eûtes trop grasse", à c'qui me dit. - "C'est mon tempéramtnt qui le vieut, je r'essembe à ma mère pour ça".

"Avez-vous des enfants?". - "Quate en cinq ans". - "C'est beaucoup trop", qui dit. Je dis "Quand y z'arrivaient je n'allais tout de même pas les assoumeu. Et pis à ce metieu lè, les pus malins s'y tromptnt".

Et y s'mit à m'boulangeu le vente. Boulange à gaouche: rin en tout. Boulange à dête: rin en tout. Y m'appoyit sû le mitan. Holà que vous m'faites grand ma que j'huchis. Y vlit deuscende vers le bas... "Ah, n'alieu pas pus !aïn, ou je vas vous foute eune paffe".

"Je vois ce que c'est" à c'qui s'en vint dire et y s'mit à me faire des euxplications. "Yeyou que ça m'tient y donc, que j'y dis. A l'estomal, aux boyiouaux ou bé à la poche du fiel". - "Dans les tois endreuts à la fa, qui m'dit!... Mais on va r'medieu". Et y se mit à n'eucrire une deufilongée sû son papieu. "Ah, faura reugimeu, ma p'tite mère", Reugimeu ka, à c'que je me pensis. Je peuyis et j'me saouvis! Eurvenez dans quinze jours. "Ah, tu peux toujoux subieu, tu n'es pas prêt de m'eurvâs!".

Je fus tout de m'même à la pheurmacie. Le patron y m'dit "Y vous soigne dur, mais ça va faire de l'euffet". Je dis: "C'est c'qui faut, mais si je n'seu pas soulaigée, ma bourse lè, é va y ête". Quand je sortis d'la boutique j'en n'avas toute une pennerée, et la fomme au phermacien è m'mussit cor une grand bouteillée d'fortifiant dans mon peunnieu si bel et si ben que sû un gros billet, je restit cor en dêche de betôt mille francs!

Quand j'fus rarivée cé nous, la Jeanne Marie e m'dis "Que cé ti qui t'a dit le toubi?". "Y m'en a si tellement dit que j'en seu cor toute eusorbée et que je n'me rappeulle pus d'rin".

Va pourtant falla prende tes r'meudes. Et ye s'mit à deuballeu sû la table. "Eh ben, en via une peunnerée, tu daïs n'ava pour cheu!". - "J'creus ben et j'en seus malade à l'avance. J'irais ben les foute sous les vaches ! - "Mais, faut ben que tu c'mences par leus uns ou par les aoutes. Tiens prends donc un paquet d'poude à mette dans l'ia". - "Dans de l'ia... et ma qui ne peut pas baïre!". - "Mais, je n'vas t'en mette qu'un tout p'ti ka d'ia...".

Ah vaïre... Eh ben je n'us... L'iaou é s'mit à broseu comme du champagne. Mais, j'avas baou esseuyieu d'gorgeuyieu, ça m'empâtisseu la goule et ça m'eutouffeu malgreu ma...
- "Envale, à c'qué diseu la Jeanne Marie, mais envale donc".

Mais pus que j'forças et pus ça m'eutouffeu. Je m'mis à nairci, la Jeanne-Marie e prit peu, e fut app'leu la vaïsine. Oh mais, qué dit la vaïsine, è va s'mouri, faut alleu qu'ri, Monsieur le reucteur!".

Ah, y n'fut pas long à vni sû son vélo et avec son sac. Mais quand y rentrit ça kalleu deja mieux!... - "Oh y dit, è n'est pas en danger, è reuspire très bien, mais puisque je suis là, je m'en vais la confesser pour le jubilé".

Y s'y connait ben c'prête là, a ti pas euté infirmieu durant la guerre, et y dit: "Jeanne Marie, demain matin, donne yi donc à ta mère une bonne purge de séné, et après une grand bolée de soupe de choux, ça va lâ degonfieu!".

On fit ben tout c'qui nous dit.

Et le dimanche d'après quand y m'vut sorti d'la grand-messe y me dit comme ça: "Eh ben la patronne, ça va ti mieux.?".
- "Ah, j'y dis, monsieur le reucteur, v'zêtes bè pus savant que les meudecins... C'est vous qui m'avez degaïgée!...".