Your browser does not support JavaScript! Joyeux Récits du Terroir Fougerais

La fraoude

Y n'a ti des gens à fraoudeu au jour d'eunui. Y n'a qui foutent de l'ia dans l'lait, ou des pierres dans les mottes de beurre!

C'est ti vilain!... Mais faut pas s'en berneu quand la r'ligion baisse, c'est la fraoude qui monte.

Eh ben, la pus belle fraoude qui s'est passée par cé nous, c'est l'aoute fa dans l'bas de noute villaïge. Je n'vas point vous dire cé qui, mais v'zalleu bè d'vineu. Ces gens là y n'ont qu'une maougrée p'tite ferme ô tois vaches et une pouliche, mais y n'choment point d'sous, je n'seu pas comment qui s'y preunent... Le bonhomme n'est guère accoussè au trava, et y fait l'malade. Mais la sargerée bonne fomme c'est une rusée. Elle est là à caouseu tout doucement et à mitonneu d'zyeux et è saïet si ben enjoleu les bonhommes.

V'la ti pas qui firent dire au boucheu l'gars Jeulien Paoutret qui z'avaient un g'nisson à vende. Y fut l'vâs dans la saïrée, un via d'cinq s'meunes, bé rollé, qu'aveu l'poël bé luisant et l'bianc d'zyeux tout net bianc! Ah deume, qu'è dit la fumelle, y peut bé ête baou, y n'a té nourri qu'au lait à sa mère et une jointée d'son par teutée, c'est d'la marchandise euxtra. Combé peuyou qa la live?". - "Cinquante sous, à c'qui dit l'Jeulien, et peusé juste comme du poiëvre". C'est un bon boucheu le Jeulien Paoutret, ben honnète et qui n'a jeumais fait d'tort à personne, mais il a un grand d'faout, il a la vue basse, et pourtant il a d'grosses lunettes. Quand y fait un p'tit ka na, il est obligé d'jugeu l'beustial au tât d'la main. Heureusement que sa fomme la Phine Faouque est bé capabe et ben avisée.

Le gars Jeulien y dit comme ça: "Y m'plaît ben, vous l'ameunerez d'main matin et ne yi donnez surtout pas à baïre, on le peusera bon poids et on l'tuera subito, pasque pour seum'di matin faut qu'jen fournige un pour une paire de noces".

Le lend'main matin après collation, vaïci l'via et la menaïgeure arrivés dans la charrte. Le commis au boucheu et l'Jeulien y l'firent deuscende sû la bascule. Mais tout d'un coup la Phine Faouque qui secoueu ses drâps par la coeusée et s'en vint dire: "Mais il a l'air bè gonfié, c'via lâ!".
- "Gonfié, à c'qué reponit la fumelle, c'est pasqu'il a té bé nourri".

Mais, la boucheure e n'fut pas longue a arriveu sû piace. "Mais Jeulien, à c'qué dit, tu n'vaïs pas qu'il est gonfié comme une tonne. Il a sûrement à r'faire d'un bout ou de l'aoute! Et on direu betot qu'il a envie d'pousseu par les coliques. Leuve yi donc la queue pour qu'on voeuye mieux".

Le Jeulien y l'vit la queue et y vut un bout d'chiffe qui pendeu. "Que c'est ti donc ça?". La garce de menaïgeure pour vende son via un p'tit ka pus cheur, elle aveu entourlillé une bonde de tounia ô une chaousse à son bonhomme et elle aveu mussé ça, à force, dans le deurrieure du via!

Le gars Jeulien y s'mit à sacqueu sû la chiffe. Ah deume, bongui, v'la l'bouchon qui fout l'camp, et en v'reuspectant, ça fit une giclée et ça vint s'piaqueu sû les belles bottes jaounes au boucheu et jusque sû l'bas de ses eunes!... Jeumais on n'aveu vu d'ka para. Et l'vla qu'eteu si beu aise d'ête degaïgé, il en danseu des quate pattes. Mais, le Jeulien y n'eteu congexionné de colère et y diseu "J'vas averti les gendarmes". La bonne fomme lè, e n'teu pas fieure, si bè qu'è laissit le via et è n'dmandit point son reuste.

Un quart d'heure après vaïci l'bonhomme arrivé, tout panaoud. "Avous té nous denonceu?", à c'qui dit. - "J'vas teuleuphoneu tout d'fin sieute", à c'qui dit le boucheu.

"Ah, s'en vint dire le bonhomme en faisant la mine de brailleu, vous n'allez tout d'même pas faire ça à un ancien prisonnieu d'guerre. C'est la mère qu'a fait l'coup... Je n'seu pas le maîte de lè. Ne peuyez que la metié du via, et j'vous en prie n'en caousez à personne!".

Mais, vous savez ben, l'commis boucheu y ne s'mit point un caguena sû la goule et bé du monde ont tè au couraant et deupé c'temps là, la fraoudeuse, è s'appeule: "Cul bouché!".