Your browser does not support JavaScript! Joyeux Récits du Terroir Fougerais

Les amours manquées du Zidore

L'aoute jour en sortant de la grand messe la Marie Seuyot e m'ratrapit e m'dit comme ça: "Ta qu'es un p'tit ka d'la parentelle, tu devrais caouseu pour nous au père et à la mère Beschu".

J'en reustis toute bernée.
- "Mais pour ka donc que j'y dis?".
- "Pour le gars Zidore, y qu'mence à penseu à s'établi, et y voudreu ben s'appeurcheu d'une fille au père Beschu".
- "Ma fa vaïre" que j'reponis, "y n'a tois et chaque les pus belles, et quatre vingts journiaux d'terre à faire vala, le Zidore y pourreu s'empleuyeu!...".

La Marie Seuyot e s'en vint m'dire:
- "Ta qui n'es pas maladreute, tu pourrais, vanqué ben servi de chaousse naïre?".
- "Ah jn'eume pas bé ça" que j'dis, "mais pour ta et l'Zidore je vas eusseuyeu, j'en caouserai à la Theurèse, la mère Beschu, on a té à l'eucole ensembe. Mais laquelle qui vieut ton gars?".
- "Oh je creu qu'c'est la Louise qui yi convienreu mieux. C'est la jeune, elle a 24 ans, un an de maïns que l'Zidore. Mais si ça marche pas avec ceutte là, y n'a cor deux aoûtes."
- "Vaïre, mais je n'creu pas que la Fernande ê s'marie. et la Lontine ê ne vieut point ête fermieure. Y n'reuste que la Louise. Y n'choisit pas mal ton gars. Oh a té d'beaoux ch'veux ceutte menaïgeure là, et des jôes rouges comme des pommes, et be av'nante de sa personne, et travaillante, et r'ligionnaire par dessus l'marché ! Ah deume, quand tu vas cé l'père Beschu, la mère et les tois filles sont en train d'ourseu. Le père Jean, li, y n'est pas si accoucé, y baïe sa p'tite bolée et y fume sa pipe!...".
- "Je seu ben Marie, c'est be comme ça que qa s'passe. Mais y faureu ben un bonhomme sû la ferme, ie père Beschu y s'veuillit, et pis y n'sra point euternel".
- "Ah oui que j'dis, mais n'en faura un solide des bras, et ô une grosse boursée. Le père Beschu il eume be trop les sous, y n'donnera point ses filles à des gars de rin!... Mais je caouserai, Marie Seuyot, et pis ton gars y n'me déplaît point".

Le dimanche d'après, la Theurèse Beschu et ma, on n'teu toutes deux de messe du matin. J'la rattrapis et j'y racontis la fusée:
- "C'est un bon gars, tu seu ben, l'as connu ses gens, d'jeunesse et tu le connais ben, puisqu'y joue de l'harmonium. C'est un bon et baou gars... Qu'en dis-tu?".
- "Ma j'n'en dis rin... C'est l'père qui deucide par cé nous. Et pis y n'y a pas que l'baouté qui compte. Au jour d'euneu, y faut du reupondant pour monteu une ferme. Mais j'té direu, dimanche si ça peut colleu!".


Le dimanche d'après la mère Theurèse e m'enmenit dans la rote qui va au ceum'terre et e m'dit:
- "Le Zidore, ma fa, y peut s'presenteu, y ne deuplait point à la Louise. Qui vieune une saïrée, après sa soupe mangée, quand y f'ra tout fin neu!".

Me vaïci partie cé la Marie Seuyot. Elle teu si ben aise qu'e s'arrochit à m'biseu. "Ah", à c'que diseu, "va ti y ête content le gars Zidore!...".

Dès le lendemain au sa v'la le Zidore parti à la Quenouilleure, mais ia porte eteu crouillée et personne ne reponnit. Y secouit la porte, les chiens s'mirent à yabeuyeu. Quand y vit ça, y redoublït vers cé li.

Le mequeurdi, v'la le Zidore une fa d'pus en route. J'vas les trouveu bé sûr là qui s'dit à li-même, oui mais dès qu'il arrivit dans l'haout d'la cour, la chandelle fut soufiée! Qu'est ce qui s'passe don dans cette boaîte là, à ce qui pensit, je creu qui s'foutent de ma, ou ben qui y a un aoute galant à hanteu la Quenouilleure.

Mais non, pisque le dimanche d'après, quand l'gars y s'mit à faire dire l'harmonium à la grand messe, la Louise yi foutit un coup d'zieu qu'en diseu long... si bel et si ben qu'après collation y deucidit d'alleu vâ la menaïgeure. Ça s'trouvit touné ben: elle euteu toute seule ô son père qu'euteu assis au bout de la table. La fille e recommencit à yi j'teu des coups d'zieu, et l'père y dit au Zidore de s'assir, et y burent une tassée d'cite.

Et pis v'la le père Beschu parti à geinde et à plainde (et d'ka qu'est si riche!) que les pôves payisans n'sen tireraient point, qui n'aureu ni ponmmes, ni fourraïge ct'eunée et qui faureu des poeingnées d'argent pour euquipeu les fermes, et qu'après ava be oursé à laboureu faureu tout donneu au gouvernement... Oui, mon gars Zidore, une fa payié, le maricha, le bourrlieu, la sociale, la familiale, l'assuroux du feu, et les faoux fras, y n'restera pus grand cheuse dans la boursée!...".

Le Zidore y n'eteu tout jugé, et y n'dmandit pas son reuste: Y dit au revoir au bonhomme et y s'saouvit... Mais comme y r'monteut la cour, la Louise qu'euteu mussée dans le ceullieu durant c'temps là, e s'mit à couri après li, et e y dit:
- "Seumedi c'est la faïre l'Angevine on pourreu pt'ête ben s'trouveu".

Le Zidore il en fut tout ramaougeu en li même. "Entendu" à c'qui dit ! Y d'mandit à la biseu mais e s'mit à couri comme une vra folle!
- "Eh be ka" qué dit la Marie Seuyot quand y fut rarivé "Comment ça va ti par la Quenouilleure?".
- "Ça n'va qu'à la meuyenne, mais e m'a tout de m'même dit qu'on s'retrouvereu à la faïre seumedi".
- "Ah ben si v'zallez à la faïre tous deux, l'affaire est en pouche!.
- "L'affaire en pouche?... Pas d'tafait?...".

Le bonhomme de Beschu y depouchit sa fille dans l'bourg. Rogeu et l'Zidore vint la r'trouveu. Y bisirent tous deux, bé contents et les vaïci partis sû l'champ d'faïre en s'tenant par le p'tit da, pour alleu vâ les boutiques.

Et les v'la tous deux sû l'champ d'faïre de vra bonne himeur. Tout d'un coup l'Zidore y dit comme ça à la Louise:
- "Tiens, pisque nous v'là sû piace, faureu ben que j'ajeute une paire de chaoussures. Voulez-vous v'ni cote ma vous Louise?".
- "Ah ma fa oui, j'vieux ben, ça va passeu l'temps".

Les vaïci partis dans une boutique, cé une marchande que l'Zidore connaisseu ben, où qui y a d'la bonne marchandise. C'est cheu, mais c'est solide.

La marchande e dit comme ca:
- "En v'là une belle paire, c'est la plus belle. Elle est ben sûr à vote pointure!".

Le vaïci qui la zesseuille. "Eutous ben d'dans" que dit la marchande. "Vote gros torts est ti ben à l'aise?".
- "Ça renteur de premieure", à c'qui dit le Zidore. "Comben cé ti?".

Et il avedit son portefeuille et pis y dit comme ça, pour blagueu bé sûr, à la Louise:
- "Une paire de chaoussures ça s'esseuille. Faureu ben en faire aoutant avant de s'marieu!...".

Ah, la parole n'eteu pas trop dite, qu'il aureu bé v'lu la ravaleu. La menaïgeure e s'mit à rougi, et pis e dit:
- "Faut que j'aille retrouveu peupa, y m'attend un p'tit ka pus laïn".

Et ye prit la porte en vitesse, et le pôve gars Zidore restit pianté là en train d'peuyeu ses brodequins.

Pour ma, personne ne m'tirera d'la tête qu'elle aveu un aoûte galant, mais ben pus riche... la sargrée bougresse. Qn ne casse pas un mariaïge pour une gouaillée. Elle en ouera bé d'aoutes.

Mais ma, sû c't'affaire là, j"en reustit toute drôle et j'ai be promis à mon bonnet que je n'serais pu jeumais chaousse naïre.