Your browser does not support JavaScript! Joyeux Récits du Terroir Fougerais

Le coup d'bâton du père Branchu

A matin„ l'père Branchu n'en seut pas long... A l'âge!... Y va sû 82. A ti oursé et turbiné toute sa vie c'bonhomme là o son p'tit chapia rond sû la tête, ses grands moustaches, et sa pipe enteur les dents et avec ça taillé comme un peurssoueu et des mains larges comme des battoués. Dû pour li, dû pour les aoutes!...

Et falleu qu'sa petite bonne fomme è l'sieuve partout dans l'eutabe comme dans les champs, è marcheu comme e pouveu Ia pôve bougresse en eucalant les pattes. Et il aveu tourjoux l'zyeux sû lè... "Marie tu n'vaïs pas qu'la vache è n'est pas asseu enheudée. E mange les pommes dans l'poumieu et è va s'empommeu!... Marie tu n'as pas mis la barrieure aux poules en piace, e sont dans l'jardin en train d'pilleu la pianche de pois!...".

Marie... Marie... Toujoux Marie. Falleu ti n'ava d'la patience pour vive avec cet oisia ià.

Mais vlà ti pas qu'laoute fa y s'mit à casseu une corde de bois... Il eut chaoud, et après y r feurdit, et le vlà pris de congexion. Toute la neu y ramaougit et y rêveut tout haout, de ka qui n'aveu ni cul, ni tête. Y veuilieu un gros sucheton sû la pierre du foueuyeu, et une teurte sû la filieure du gueurnieu. Quand l'matin vint y c'mmencit à s'apaiseu et y dit à sa foume "Mets ma d'la moutarde aux deux pattes ça va m'faire baisseu l'sang...".

J't'en fous, la ptite bonne fomme e fut raconteu ça à la vaïsine, qu'eume ben a s'occupeu de c'qui n'là regarde point, et qui fut dire ça bé fort à Monsieur reucteur, qui arrivit au fin coup... "J'va vous confesseu à c qui dit et d'main je vous mettrai en extrême onction". " deume à c qui dit l'père, ça n'me fait pas peû, ça va faire la troisième fà qu'ça m'arrive, et ça n'a jeumais fait mouri personne".

"Mais on f'ra ça tous deux, parions, Monsieur l'reucteur, je n'vieux point d'une dramée d'monde à vni nous interboleu, et a v'ni luneu tout c'qui y a cé nous... On f'ra ça tous deux, et si ça s'trouve avec la mère... si on a affaire de lè".
- "C'est entendu père Branchu, ça s'passera entre nous deux! A d'main matin."

Quand la celemonie fut finie, la Marie e courit bè vite cé la vaïsine, qu'aveu grande envie d'sava comment ça s'teu passé, pisque e n'aveu pas yu l'doit d'entreu. "A ti ben reuponu aux litanies", à c'qué d'mandit? "Non que dit la Marie, mais ii a dit son chap'let tout au fin long. Mais quand l'prête, y a dit qui falleu faire comme Saint Martin, e n'point r'fuseu l'trava, si l'bon Yeu li d'mandeu, y s'deurssit et y s'mit à hucheu: "Je saïs bé c'que c'est le trava, et je n'lai jeumais r'fusé". "Ma j'trouve, à c que dit la Marie, qu'il a core la voix bonne!...". "Ah oui, qu'e dit la vaïsine, mais tu seu ben à l'âge, ça peut manqueu d'un moment à l'aoute!...".

Mais falli qu'la bonne fomme e r'vienne be fort à la bouaïte, pasque l'père y hucheu sû lè: "Qu'est c'que tu peux foute, avec ceute baloche là. Ma qui n'ait rin dans I'corps deupé hier au sa, et qui sen faîbe, j'ai bè affaire de ma bolée d'café!". "Ah, tu n'vas pas mouri d'faim pour si poua, j'teu fait chaouffeu ton café à la minute". "Mets d'dans du suc et une bonne goutte", qui dit l'père.

La voici arrivée avec sa bolée. "Pose ça sû l'gueulidon", à c qui dit. Et la Marie s'en va pour se r'tourneu. Au même moment le v'là qui prend son bâton à la tête du leu et qui y en fout un si grand coup sû les fesses, qu'è n'en tourneuillit sû piace...

"Vilain kâni, à c qué dit, tu n'vaout pas mieux ennui que hier".

Une heure après il t'eu l'vé et qui fut r'gardeu à la porte. "Le vent vient du haout, à c qui dit, y fra baou temps d'main pour pianteu nos choux".

Sacre père Branchu! Y n'a pas son para dans l'canton!...