Your browser does not support JavaScript! Joyeux Récits du Terroir Fougerais

Le puir

J'etas en train de dujeuneu... Le gars Alexandre v'neu de parti meneu les vaches dans la prée de la Plesse, tout d'un coups, je ouïs noute vaisine, la mère Duby qui hucheu sû ma "V'nez be vite, le gars Jeulien s'est foutu dans le puir". Ah, je dis vla l'restant et le père qu'est parti au laïn: je m'mis à trembieu comme une feuille. Qu'est-ce qu'on va pouva faire, on n'est que deux manaïgeures dans le villaïge!...

Le Jeulien qu'est un ptit ka drôle, y s'teu engueulé avec sa mère. Elle l'aveu treutè de faigniant pasque y resteu dans le leu. Ah deume, il s'levit, neu pieds et en ch'mise et y dit à sa mère "je n'ai mare, j'vas me neuyeu". Et y fut se foute dans le puir du mitan de la cour. Il a ben six mètes de fond, mais heureusement cet euté, y n'aveu pas pu d'un mète d'ia!

A ma, a ma, a c'qui diseu, quand on r'gardit dans le puir! A ma, allous m'laisseu mouri là, tas de beurdasses. J'y reponis qui n'aveu pas affaire d'alleu s'musseu là. Et j'y dis Jeulien, paîsse ta à la chaîgne, on va esseuyeu de t'remonteu, en tournant la neuille. Peurnez ô ma vous la mère. Oui, mais la mère qu'euteu bianche comme un culot, elle aveu baou crocheu ô ma, on l'remonteu, vanqué d'un ptit ka pus d'un mète, et falleu lâcheu, et ben entendu le Jeulien y r'cheuyeu le cul dans la flotte!

Y n'bourdeu pas de hucheu: A ma ! Allez donc qu'ri une eucheulle!". "Mon pôve gars à c'qué diseu la mère, on n'a qu'une et elle est trop courte!...".

On resseuyit cor la mère et ma, trois quate fas, mais y n'aveu pas mèche. Et la mère qui diseu: L'iaou va le faïbli, ben sQr, et y va s'mouri ou ben y va congexionneu, et ça n'vaout pas mieux. Et le Jeulien dans le fond du puir qui prieu le bon Yeu, tout fin haout!

Mais, tout d'un coup, je ouïs l'gars Alexandre qui r'veneu d'la prée, et qui subieu. Je huchis: Viens bè fort Lexandre, y a un grand malheur cé nous et j'y racontis toute la defilongée. Mon bonhomme y dit: On va bè le raraïcheu euteur nous aoutes, y n'a pas affaire d'eucheulle. Y n'a qu'a se paisseu un ptit ka pus dû, le maoudit vlin. Et nous aoutes, on va empoeugneu la neuille. V s'avez ben le gars Alexande c'est un costaud, et quand il empoigne o ses gros bras, faut qu'ça peute ou qu'ça casse.

Ça r'montit touné ben, et via le païsson ratiré, tout trempé et geuillé et qui ciaqueu des dents comme une mécanique.

Ah ça n'teu pas baou à vâ, et on n teu pas en peune comment il euteu fait, le fid'garce.

Mon bonhomme y s'en vint dire. Faut l'coucheu et le rechaouffeu o des briques chaoudes et vous la mère faut yi donneu du vin chaoud, avec une bonne goutte dedans.

Qui fut dit, fut fait. Le Jeulien qui n'teu pas fieur, y n'pouveu caouseu, mais y chnucheu comme un poupon.

Y reusti dans la bouëtte, toute la journée et le lendemain... Y n'alleu qu'mieux.

Pour ma ça n'fut pas para, j'fus malade par la peux, et j'ne pus pas mette une bouchée dans mon corps si bel et si ben que j'dis à mon bonhomme. Be sûr que j'ne rebaïrai jeumais de l'iaou du puir depé que l'gars Jeulien s'est tantouillé d'dans. J'en ai achaison.

Eh ben à c'qui dit le Lexande "Tu f'ras comme ma, tu baïras ton cite sans ia!".