Your browser does not support JavaScript! Joyeux Récits du Terroir Fougerais

Le four acrasé

Y n'a de drôle de celemonies à c't'heure: des noces d'or, et y n'a souvent vermains. Dans noute villaige, l'aoute jour, c te l'père et la mère Beurton qui furent se r'marieu à l'euglise et pis après à la mairerie. Le père et ma on n'teut invités, on a toujoux té bons vaïsins... au maïns par dessus! J'vas vous raconteu l'affaire:

Y n'y teneu pas le père Beurton à fêteu ça, mais la mère qu'est fieuraoude, e vouleu à toute force. Yeu fille la R'nestine qu'est ben simple et le Jean-Marie Branchu son bouhomme, y n'y t'naïent point non pus. Y disaïent: Puteut que d'mette cet argent-là en feustin faureu bé mieux l'separeu enteur les qu'nail les.

Le José Beurton, y n'en diseu rin, rapport à sa foume qui n'vieut pas vâ ses gens. Je ne saïs pas c'qui las à coffiée... E vint bin à la fête, rapport aux langues du monde mais e ne caousit à personne et e n'bisit personne.

Mais la Georgette, la jeune qu'est à Paris et qui fait la deume, e prit si tellement dû d'avec sa mère, qui fallut ben faire la fête. La Georgette bé gosée à ct heure, on la za ti pas vue parti à Paris, e n'aveu pas seize ans pour alleu servante dans un bistrot. Ah elle a souvent vu tonneu et éclaireu. Mais elle a russi à n'accipeu un, et un gros gars, il est distrique à la gare Montparnasse. Ah deume y ne donne point les billets et y ne coieugne pas sû les reues avec un martia. Il est dans un bureau, et il a une bonne peuye.

Si bel et si ben que vlà le jour des noces arrivé, la mère Beurton elle aveu une belle falle bianche et une robe toute naïre avec des perles. La Georgette lè, elle aveu une robe qui traïneu jusqu'à terre, et une belle pia d'bîque sû l'z epaoules et un beaua chapia o des fleurs et ses deux garçailles qui marchaient par devant, deux petits gars tout blonds, mais maouvais comme des peustes.

Quand on fut dans l'euglise, Monsieu l'reucteur y fit un sermon, ah ça ne finisseu pas, y caouseu d'amour, je me pensis c"te bon y a cinquante ans mais a cte heure ci ya pus mèche!... Mais pour la fin y dit que le pus bel amour c'te le sien du bon Yeu et c'est bè vra!

Après ça on fut à la mairerie. Tout le conseil euteu là et le maire y fit cor un aoute sermon pour dire au père et à la mère Beurton, qu'ils avaient ben travaillé pour eleveu yeu famille sû une terre de rin en tout. Pour le père c'euteu bè vra, mais pour la mère... Durant que son bouhomme y trimeu par les champs, e resteu à la bouète à faignanteu et à se faire des crèmes au chancolas...

Le maire yi offrit une potée d'hortensial et y dit qui falleu qu'é la piante dans son jardin et que dans deux ans, ça fereu une belle tassée.

Après ça, ça fut l'vin d'honneur. Ah c'teu du bon vin, et des gatiaoux et des berioches dans des grandes piatterées.

Je dis à mon bonhomme: j'vas m'eunnalleu devant o mon vélo, pasque je seu en soin d'cé nous, ta tu vas r'veni dans l'auto à la Cendrine.

Ah ben j'en eus en arrivant. Quand j'fus dans le haout d'la cour, lé gars Çois Vivieu qui faiseu l'fricot, avec sa menaïgeure, y vint au d'vent de ma tout essoufié. - Y dit en v'la une aveurde, le four du père Beurton qui vient d'secrouleu sû le routi. - C'est y que j'ai chaouffé trop dû, à c'qui diseu, et y n'en faiseu pitié. - Oh là non, mon gars à c'que j'dis, le four euteu ti pas en dégradation - quand les logements y ne sont pas enteurtins, vaïci c'qui s'arrive.

Quand on entrit dans le fourni, jamais jn'ai vu de ka para, y aveu ben une boursoulée de pierres et de briques qu'euteu chéte sû le fricot, et la saouce qu'aveu côti tout autour. Tout euteu ecaboui, et piain de poussieure. Je n'étais toute seignée!... Mais j'dis à la Gelique Vivieu, va pourtant falla qu'on s'deubrouille nous vaïci quate avec la fille Sanson qui va v'ni servi, c'est be l'diabe si on n'peut pas r'mette d'aoutes poulets à quieure. J'vas en prendre la metîé dans mon fournis et l'aoûte metié va alleu dans l'sien à la mère Beurton. Et pis vont-y pas faire le tour des aouberges du bourg avant de s'en vni dîneu. Le Çois Vivieu y m'dit, T'as quasiment raïson, ta la mère, c'est comme ça qui faut faire et pas aoutrement. Falleu nous va tous quate à l'ouvraïge, à equipeu les sacrés poulets. La piaume voleu partout.

N'empêche que quand les nociers y rarivirent y n'en vurent rin, et nous aoûtes on ne yeu dit rin pour ne pas les eumeuilleu.

Et on se mit à baïre et à mangeu et les poulets qui finirent de roûti durant qui mangeaient une drôle de bête qu'aveu des ribans sû les cônes (Ah deume ma j'n'en voulis point, je n'savas pas point euplucheu ça). La Georgette elle appelit ça une angouste. Mais le lend'main fallu ben tout raconteu. Le père Beurton, y n'en brailleu de vâ son four acrasé. Mais la fieuraoude de bonne fome è n'me dit s'ment pas un p'tit merci!...