Your browser does not support JavaScript! Joyeux Récits du Terroir Fougerais

Marie que tu m'as té bonne !

Je l'aves toujoux dit que mon bonhomme y manquereu par les pattes... c'est bé arrivé comme ça... Tois ans, deutpé la bonne eunuée qui ne peut pus ch'mineu.

Tous les jours, faut que j'y nettoeuille ses bobos aux jambes, quand ça n'est pas deux fas par jour. Ah, c'est pas rigolo. Et ça seugne et y souffeurt. Et pis, y a la sente!...

Je y dis : Tu souffeurs ben, pari mon gars Pierre. Tu me fais grand pitié. - Y m'réponds teurjoux "Marie que tu m'as té bonne".

Ah oui mon gars Pierre, j'tai té bonne et je i'seu core, bè pus que tu n'mas té bon. Tu n'est vanqué pas maouvais d'fond, mais quant t'eutais chaoud d'baïre, tu m'en faisais roteu!

Te rappelle tu la fa que tu voulais à toute force que j'te fasse des crêpes et que j'n'avais pas l'temps. Y aveu un lapin à cueure sû le feu, tu pris la casserolée et tu l'accoucis dans l'mitan d'la cour. Et falli ben que j'foute le camp et que j'me pâsse de mangeu.

Et le vendeurdi saint, que tu te mis à fricasseu un gros païsson et à le mangeu tout seu. Ma j'nus doit qu'à une queue d'hereng!

Et cor bé mieux qu'ça, après une pianterie d'choux, que t'aves bu du vin bianc ô les vaïsins et d'la goutte frâche, que tu voulais vni coucheu o ma, et ma qui ne voulais point, pour me deufaire de ta, j'montis dans le gueurnieu et je m'cachis sous le fin. Mais tu vins avec un piquois que tu brochais dans le fin. Et tu m'treutais de tous les noms, et tu tirais des peutards de Yeu, et tu huchais: Si je n'trouve rin o le piquois, j'vas alleu qu'ri ma fourche à tois daigts et j'vas te queurveu la bouzine!

Quand j'sortis de dessous le fin, je trembias comme la feuille et j'navais pas un fi d'sec dans mes hardes. Fallit ben ce coup là que j'aille coucheu dans l'eutable aux vaches et m'passeu de soupe.

- Marie que tu m'as té bonne, a c'qui reupeteu. - "Oui, mon gars Pierre et pt'ête ben trop bonne mais faout ti pas pardonneu.

Et pis à c't'heure ci, tu ne peux pus bougeu, t'es bé tillon, et tu n'peux pas me foute sû la goule. Et pis tu souffeurs, tu m'fais grand pitié.

À c't'heure ci, je fais ce que j'vieu. Après que j'y ai souegné ses pattes, j'y dis: "Vieux tu un ptit morcia de chancolât, ça va te ragouteu ou ben eûmes tu mieux un p'tit ka de vieulle goutte, avec de l'iau chaoude sucrée, ça va faire de l'epunche? - Oui Marie à c'qui m'diseu et j'y disas: envale l'epunche - Y l'envaleu - Gorgeuille l'epunche, y l'gorgeuilleu - Marie que tu m'as té bonne - C'éteu teurjoux l'refrain.


Mais un baou matin (ça d'veu fini comme qa) li qu'eumeu tant !'epunche, y n'put jeumais gorgeuilleu, et le vaïci passé l'aoute queuté. Je fis preuvenir noute reucteur, mais y n'étau pus temps. Y reucitit une petite prieure. Il est tout net d'sorte Monsieur le reucteur et y m'dit. Comment allez-vous Madame Pommier?
- Ah, Monsieur l'reucteur, je seu usée, à passeu les neuts, à soigneu l'père, et je n'seu cor pas quitte. Pour l'enterrement d'main, faura bé ch'mineu!
- Mais vous suivrez en voiture, Madame Pommier, il y a trois kilomètres d'ici à l'église!
- Non, monsieu le reucteur, je sieurai à pied. Je l'ai teurjoux promis à mon bouhomme et au bon Yeu aussi. Faura ben que j'tienne le coup, mais j'vas vous d'mandeu un p'tit piaisi. - Si je peux vous l'accorder, bien sûr. - Eh ben, quand l'enterrement arrivera dans le bas du bourg, faura bourdeu, une pôve petite minute, mon baou freure ira be fort au bistrot m'chercheu un p'tit verre d'anisette. Et comme ça, je tienrai le coup!...