Your browser does not support JavaScript! Joyeux Récits du Terroir Fougerais

La grand'messe à Heurceu

La bonne fomme de Jarry, la couturieure, é m'dit l'aoûte fa "Savous ben qu'on va changeu d'reucteur?". "Ma fa non, que j'dis je n'l'ai point ouï dire". "Et ben, c'est pourtaount vra, y s'en va jusqu'à l'aoute bout du deupartement! Y peut ben s'nalleu je n'le reutieurai pas, y m'a trop mortifiée quand on mariit l'ancienne de nos filles". "Et ben ma, je l'eurregretterai, il t'eu bè d'sorte, y chauteu et precheu ben, et il t'eu bon aux malades. N'a ti fait des tours par cé nous, durant que l'père euteu sû le leu!".

J'rapportis la nouvelle, j'etas toute deucomportée, mais la fille e m'dit comme ça "Faut pas creure les lanlaires à la couturieure, c'est une maouvaise goule". Et ben, j'dis, j'ireu d'main matin au bourg, je n'ai cor pas peuyié la Sainte-Enfance, j'y d'manderai au reucteur si c'est vra.

Je fus à la sacristie après la messe et mine de rin j'y dis "Alors, comme ça, Monsieur l'reucteur ne va ti point nous quitter?". "Mais oui, Madame, c'est la décision de Monseigneur". "Ah, je ne voulais pas le creure!...". "Mais, si, c'est ainsi, le prêtre ne s'appartient pas, Madame, il doit obéir, c'est pour le bien des âmes." Et y m'donnit une grande poignée d'main. Je m'saouvis bé vite. J'avais bé du deu à n'point brailleu.

C'est bé vra, tout de même que j'dis en rarivant cé nous, mais pour ma ce prête là y s'est fait un fond d'chagrin, et c'est pour ça qui deumare! Tout c'qui y a d'gros qu'ont une auto, y vont à la messe en ville, et les jeunes qui ch'minent en mobylette. Et y n'a qui disent qui vont à la messe et qui n'y vont point si bel et si ben qui n'a pus grand monde dans noute euglise.
- "Oh deume, memain, à c'qué dit la fille, la Jeanne Marie, y n'en chomeut point dimanche dernieu .
- "Oui, pasque tu fus à la messe du matin o ton père, mais à la grand-messe on n'eteu qu'une poeignée. J'vas te les noummeu tous, l'zuns après l'zaoutes:
Dans la chapelle à la Bonne Vierge le père Martin noute adjoint, le Çois Ligeu et le domeustique de la Rousselas, le gars Branchu sous Saint Antoine et en face le confessiona au vicaire, le gars Tireu qui chanteu comme un perdu, pas toujours ben au dreut, mais à travê l'zaoutes, ça n'parait pas. À queuté d'ma un homme que je n'connaissais point et qui secoueu son chaplet et devant ma le gars Sicot qui n'bourdit pas de ronfieu durant l'sermon...
Y aveu un ptit ka pus de meunageires ben entendu: les d'mazelles de l'eucole et les garçailles et noute belle soœur qui n'ma pas caousé depée pus de vingt ans et qui m'foutit une louchée aussi naïre, deurrieure ses grosses lunettes. Ah je m'dis en ma même, tu n'vas tout d'même pas me deuchereu y a asseu d'piaces dans l'euglise. Quand e vu ça e fut s'assir auprès d'la mère Fro et è s'mit à yi caouseu dans l'oraille, pour me debineu, bé sûr, mais j'm'en fous !
Ah y aveu cor aussi la Virginie Subié qui s'leveu avant les aoutes et qui s'rasseuyeu après tout le monde... pour faire mieux vâ sa belle robe. E n'vieut point y ète paiysante... E voudreu ben trouveu un bon ouvrieu pour la faire vive à rin faire... Mais l'sien qui la prenra, faura qui n'aige des billets sous les peuces, pour yi peuyeu la toilette!
Dans la chapelle de gaouche y n'aveu guère que l'Jeulien Pommier, l'ancien facteur qu'aveu tout l'temps la tabatieure en main et qui j'tumeu, et qui tousseu et r'nifieu... Oh ! le drôle de bonhomme je s'rais ti trompée si j'navas un para!...
Et en r'dévalant vers la grand porte y aveu vanqué, un ptit ka plus d'une douzeune de bonnes fommes qui sont comme ma, qui n'peuvent plus leveu le deurrieure pour peteu. Eh ben j'vous garantis : quand l'ruchot d'la quête y m'pêssit sous l'nez, y n'aveu pas eupais de grosses pieuces dans l'fond...

C'est comme qa la grand-messe à Heurceu!