Your browser does not support JavaScript! Joyeux Récits du Terroir Fougerais

La chârr'te embourbée

L'hiver dernieu à six heures au sa, le père, le p'tit gars et ma, on n'teu assis au coin du feu et on euplucheu des châtaignes. Tout d'un coup, ça tocquit à la porte. Qui c'est ti à c'te heure là que j'dis. Je vas aileu vâ pasque faut pas dire d'entreu à n'importe qui une fa entrés y sont les maîtes!

C'teu un homme de la ville, bé poli et bé d'sorte. "Pardon Madame, à c'qui s'en vint dire, savez vous où je pourrais trouver un ch'val mon auto est embourbée à deux cent mètres d'ici".
- "Ah, j'y dis on n'a bé une jument, mais elle est prête à poulineu, c'est pas l'moment de lâ faire crocheu. Mais faut pas v'zen faire, le père, le p'tit gars et ma, on a d'bons bras, on va pousseu au cu et çà m'eutonne si ça n'deumarre pas". - "Eh bien, c'est entendu, qui dit le bourgeois et grand merci à l'avance". Nous vaïci partis. Le père y dit: "Où avousté vous poseu là? V'zavez une reue enfoncée jusqu'au moeuyieu. Va falla y'en mette un coup pour la raraïcheu". Et le monsieur qui diseu qu'il aveu yu bé d'la malchance de s'ête trompé d'chemin et d'alleu s'enfileu là. Et y dit "j'vas mette le moteur en marche et v'zallez pousseu d'vote mieux!".

Qui fut dit, fut fait: Le père deurrieure une reue, mà, deurrieure l'aoute, le p'tit gars au mitan, et l'moteur qui ronfieu pire qu'une mecanique, et l'aoute qu'euteu assis dans sa charr'te et qui hucheu: "Poussez, mais poussez donc pus fort" à c'qui m'diseu. - "Mais, mon gars, je pousse comme une bète". Et le père en faiseu aoutant et le vaïci qui deuglisse et qui cheut à panse queurvée dans l'bouillon. "On n'va jeumais arriveu, que j'dis, va falla bé sur un tracteur". - "Eusseuyez cor" qui dit l'homme et y s'mit à pistonneu â son pied et l'moteur qui peuteuradeu. - "Sacrée charr'te à c'qui dit mon bonhomme, elle est bé sûr ensorc'lée, mais on va cor eusseuyeu un dernieu coup, histoire de vâ. Et nous vaïci r'mis à pousseu, pousse qui n'pousse!...

Oui, mais ma qu'etais par der la reue d'dête, je r'cieuvas des buettes de feu et ça m'souffieu sous mes cotillons et qa m'brûleu vermain, si bel et si ben que j'men vins dire. - ”Va pousseu qui va v'là, mais ma je n'touche pus à la kaïe, y a une formâche qui m'a monté, bé pus haout que j'naurais v'lu".