Your browser does not support JavaScript! Joyeux Récits du Terroir Fougerais

Ne teurmeuille pas !...

Me vaïci arrivée pour vâ le meudecin et pourtant cè pas ma qui seu la pus malade, c'est mon bonhomme. Ma je saïs ben c'que j'ai : c'est le ma de reins qui m'gourveugne et qui m'cerneuille, y me faureu ben des cachets, mais y n'a rin à faire faut que j'aille vâ le toubi, rapport à la sociale, pour y ête remboursée. A ct'heure-ci les remeudes y ne sont point donnes.

Le père li, j'y dis comme ça: Viens cote ma au meudecin, jemais y ne voulit. Fut y pas cé sa nièce l'aoûte sairée à la Pinsas et c'est sa filleule. Elle t'eu si contrement ben aise de le vâ qué n'saveu pas queu piaisi yi faire, et yé s'mit à deumeleu des crépes. Mon bonhomme, sû c'qui me dit, en mangit be une demi-douzeune (ou cor be pus) c'est de trop pour son d'dans, depé qu'il a tè gazé durant l'aoûte guerre. Et pis le cite de la Pinsas qu'est a peu près sans ïaou et un cafeu ben arrousé par la d'sus, vaïci le père Avri tou net de bonne himeur et quand y rarivit qui m'diseu des contes bé drôles que je ne voudrais point reuveuleu. Oh, je dis, ta mon gars, t'es bè malin àt sa, mais demain matin ça n'sra p'tête pas para!...

Y aveu pas dix minutes qu'il teu couché, y m'dit qu'il euteu deuvoré de coliques et falli be sorti de la sacrée gueurnache pour alleu (en v' respectant) dans l'eutabe aux vaches. C'est pas une fa qui fut durant la neu dans l'eutable, mais bé six ou sept fa. Oh, je dis, si ça continue tu vas j'teu ton d'dans. Je m'levis à yi faire chaouffeu de l'ia bé sucrée avec un pti ka de veuille goutte. Enfin, vers cinq heures du matin, ça c'mencit à y alleu mieux, mais je dis: Père, comment ça va ti faire tanteu, va falla que t'aille à l'enterrement du gars Çois Marté nout ancien vaïsin. Vas tu s'ment pouva dureu dans l'euglise? Holà oui à ce qui reponit, ça va marcheu d'premieure. Mais ma je n'tas point si fieure que ça: y n'voulit point mangeu sa soupe, et il euteu là qui roneuyeut par la maison, et qui r'drupeu. Et il euteu bianc comme un culot. Je dis père, j'ten prie, en grâce, viens o ma cé le meudecin, y va t'donneu une boutaillée, ou bé des pinules, pour le cours de corps. Je t'dis qu'non à ce qui diseu, je ne vas point y al!eu, j'eumerais mieux ète changé en cônie, les rmeudes c'est d'la poaison, je seu déjà bè empoaisonne comme ça.

Fallit ben me taire la goule (le père y n'est pas mauvais d'fond, mais il est si tellement entété!!! qui n'vieux jernais molli. Sa bonne fomme de mère eteu tout para et y ir'sembe).

J'atteule la jument pour alleu au marché en ville et le long du chemin j'en caousai toute seule: Comment ça va ti faire ça, s'y ne peut pas se depiaceu par les coliques?... Je dis via c'que je vas devineu, je vas alleu trouveu le gars Maouduit, avant d'prendre la route de Fougeures... J'y dis: Dis donc Henri, t'es empleuyé ta, à l'entérrement du gars Çois. Ah deume oui à c'qui dit je vas t'ni un cordon. Et mon bonhomme qui daït porteu une torche, et qui n'est pas be solide à matin. Si tu n'le vaït point arriveu à l'heure, ne teurmeuille pas, prends les deux!...

Mais j'tas bè bête de m"en faire pour li... Quand j'rarivis d'Fougeures sû les deux heures, avec l'eustomac bé creux, il euteu attabié devant une grand eucueullée d'soupe, pieune à deubordeu et c'teu si tellement serré dans l'eucuelle que la cuillée en t'neu sû bout... Et à queuté y aveu une grand bolée d'pur jus, prête à baïre. "Oh, j'dis, ma fa, tu n'voulais point d'soupe à matin mais j'vaïs qu'a c'theure ça va deucende!...".
- "Me r'proche tu c'que j'mange?", à c'qui dit.
- "Holà non, mon gars, mais quand tu vas ava ça dans l'vente, ça va t'colleu drôlement aux boyiaoux! ...".
- "Eh ben, y m'dis, ça ne vas pas m'emposeu de r'soupeu at sa".

Ah, j'vous certifie, les bonhommes, c'est bé dû à m'neu. À c'menceu par le mien!