Your browser does not support JavaScript! Joyeux Récits du Terroir Fougerais

La batt'rie de caraou

L'eunée dernieure ȧ la Toussaints. mon bonhomme y me dit: j'vas s'meu du caraou dans le champ Cônu. La terre est maigreuse, ça vienra ben. Et pis cé nous, on eume tous bé la galette.

Seume si tu vieux à c'que j'dis, c'est bon la galette et pis ta qui n'a pus guère de dents et qui n'vieux point te faire poseu un dentieu t'auras mains d'mal pour piacheu. Ca vaoura mieux, aussi ben, que noute cousine, la Marie Geras qui s'en ai fait bouënneu un qui y a coûté l'zyeux d'la tête et qui n'a jeumais pu s'en servi, si bel et si ben qu'il est reusté dans son tiroueu!

La reucolte fut tout net bonne. Le caraou euteu bé gras avec des eupis gros comme des bouquets. Ca faiseu piaisi à vâ. Le père y dit. A ct'heure ci. va falla batte pisque l'temps est bon. - Tu prenras pt'ête ben la mecanique au gars Çois ligeu. à c'que j'dis. pisqu'il a battu noute froment rouge?
- J'n'en vieux point d'sa sacrée mecanique au prix qui prend c'teunée. On f'ra comme du temps d'nos gens, on battra ô les fiaoux. Je n'ai caousé à mon copain le gars Seguin, y m'a dit: Combé donc que tu n'às grand de caraou? - Ah! un ptit ka pus de deux journiaoux. - Oh, y dit, on vienra avec l'euquipe des battoux, c'est tous des copains, et on n'aura pas pour longtemps à t'secoueu ça!...

Je ne reponis rin, vu que l'père, il aveu mis ça dans sa tête...

Et vaïci les battoux arrivés. Ils'taient pu d'la douzeune, bonhommes et bonnes fommes, tous ben aise de v'ni par cé nous. Y aveu queuques jeunes aussi, mais comme y n'savent pas batte ô les fiauoux, ils allaient qu'ri les charretées dans l'champ. Et y s'promettaient ben d' l'agrément.

Ma j' m'occupais du fricot avec ma sœur de la Monneras et la Suzanne, la deuxième de mes filles. Et je dis à l'ancieunne: Phine, ta tu vas alleu verseu à baïre dans l'aire. Mais, tu vas mette un ptit ka d'ia dans les cruchées, pasque avec du pur jus, les bonhommes y seraient incendiés de bonne heure... Ah, la Phine è m'dit, Memain je n'eume pas ça ma, à porteu à baïre, le gars Jeulien y va cor eusseuyeu de m'biseu.

Tu n'peux donc pas t'en défende à c'que j'dis. Si y t'interbole de trop, t'as qu'a poseu ta cruche et y foute une paffe, mais tu saîs ben, Josephine, à force de renveuilleu les galants, tu pourras cor ben en chômeu!

Mais tout s'passit très ben. Falleu vâ les fiauoux saouteu en haout et r'tombeu à terre, en piaquant: Et ça qu'alleu si be d'ensembe, que ça nous faiseu tout drôle... La poussieure e n'en voleu jusque par dessus les logements. Et tout l'monde euteu de bonne himeur, pasqu'y sentaient le fricot s'faire. Et à tous les coups que l'gars Jeulien y rameneu une charretée y s'appeurcheu d'la Josephine, et è n'chercheu pas à s'saouveu, j'vous en garantis.

Et l'père qui tourneuyeu les battoux avec sa fourche pour ramareu la paille y veuilleu son mochon de caraou gonfieu: euteu ti ben aise!...

À midi et au collation y mangirent du routi, et ben arrousé. Rin n'manquit, ni vin, ni goutte, et quand j'fus vâ les battoux sû l'aire, y n'a un qui m'dit en blaguant: Vas tu nous apporteu ta tournée d'cassis, ta la patronne?... - Après la dernieure airée, que j'y dis, du cassis tout fras fait, avec de la veuille goutte. Et ça s'passit comme ça, jusqu'à six heures du sa... Et les bonhommes y s'en vinrent dire: On va s'nalleu faire noute ouvraïge ce nous, mais on va r'veni avec les menaigeures pour la parre-batte. Fallut cor que j'fasse une grand marmitée d'souoe et après je mis d'la saoucisse à fricasseu: y n'en restit pas un morcia sû la tabiée.

Et l'gars Jean Veunieu qu'aveu apporté son accordéon. Falli be danseu, surtout ies jeunes qui leuvent si ben la patte.

Et tout d'un coup l'père Monnieu, qu'est comme ma, et qui c'mence a ava les genouais raides, y dit au musicien: Je n'ai mare ma d'danseu les avant-deux. Joue nous donc un aoute air et on va s'mette à valseu comme les gens d'la viile...

Et le vaïci qui empoueugne la Thérèse Fras. Oui mais elle aveu baou yi dire que la tête yi tourneu et qu'il euteu temps d'bourdeu, le deumon d'bonhomme qui n'aveu un coup dans l'nez, y la faiseu voltigeu, cor pus vite, et y s'prirent les pattes les unes dans l'zaoutes et les vla chus cu par sû tête... On n'aureu ben queurvé d'rire.

Mais quand y fut une heure du matin, j'commencis à m'futeu: Je dis il est quasiment temps d'en fini. Et y foutirent le camp tous be contents et be soeugnés!

Huit jours après, je dis à mon bonhomme: "Mon pôve gars Pierre, ça nous a cor bé pus coûté que si on aveu pris ia mécanique au gars Çois Ligeu: tois r'pas, la mangerie et la baïrie, ça cube au jour d'eunui".

"Que c'est ti qu'ça peu foute, à c'qui reponit: on a un bon mochon de caraou et on n'a yu bè du piaisi!... On r'commencera l'eunée peurchaine!".

"Ah, je dis ma fa vaïre, mais faura cor alleu aux noces auparavant, pasque la Josephine detpé la batt'rie, elle a c'mencé à freuquenteu".