Your browser does not support JavaScript! Joyeux Récits du Terroir Fougerais

Le si... car

Le gars Leïon y me dit hier au sa:
- "Fais toujou bé attention quand tu vas m'neu les vaches dans le pré des Nouettes, le long de la grand route. Vlà les vacances et y a une venue d'autos et de motos à vni nous interboleu par là, et des maoudits parisiens qui deufilent à une sacrée vitesse...".
"Et ta qu'es beurdasse et qui reuste à caouseu des demieures de temps avec la bonne fomme de Dubreu qui vieut tout sava et n'rin peuyeu. prends garde qui ne t'arrive une aveurde à tes deux vaches".
- "Ah deume Leïon" que j'y dis, "faut tout d'même bé réponde aux gens qui vous caousent et pis je d'mande des nouvelles de son bonhomme...".

Et ben à matin le malheur a arrivé. Quand j'fus en face de ce Ié, la mère Dubreu, e m'demandit un lite de lait, pour la saïrée, qu'elle alleu en donneu à son bonhomme.
- "Comment qu'ça va" que j'y demandis?
- "Ça n'va pas, y n'va pas vâ les feuilles tombeu, y n'peut pu prendre su la mangerie, et quand la touss'rie l'prend on n'peut pas dormi d'la neu. C'est bé triste après l'ava vu si capable, de le vâ si reuduit!".

Durant c'temps là les vaches pâturaient sû la banquette, mais tout d'un coup, la blonde é s'mit à traverseu la route, et juste au même moment, v'la un sacré maoudit si-car qui devalit la côte en vitesse. et qui n'poutpoutit point, non bé sûr qui n'poutpoutit pint, et qui vint saccousseu dans la vache. et après le vai'ci tournė à l'envée, dreut dans l'mitant de la route. Et la fumelle qu'euteu dans le peugneu à quenté d'li, qui s'en fût faire la cul peurcée dans la rigole, et qui gueuleu et qui cusseu:
- "Ah j'vais m'évanouir, mon chéri, vite donne-moi d'l'eau d'melisse".
- "De l'iau d'melisse" que j'y dis, "et ma pauve vache, e n'aureu be affaire".

Et je m'mis à brailleu. Elle aveu la patte de gaouche arrieure, cassėe par la metié.

Et tous les bourgadins qu'avaient ouï le feurderas qu'accouraient pour vâ. Et le Leïon aussi ben entendu. Quand e le vu arriveu la mère Dubreu é s'ramassit et clanchit sa porte. Quand le Leïon y vut la vache accroupionnėe su la banquette, y s'mit à jureu et i m'dit:
- Je t'lavais bé dit sacrée vieuille flaounarde qui t'arrivereu une aveurde. V'là une vache bonne à foute dans la cave et pour en rava une pareille faura que j'travaille jour et neu durant une eunée. Et une vache si bonne de service!".

Et y s'mit à m'foute une paire de pafes d'alleu et d'veni, et quand il eût fini dans l'haout, i m'arrochi un coup de pied enteur les deux fêsses. Quand y virent çà, les bourgadins y foutirent le camp, pour ne pas servi d'témoins. Ah j'avâs ti grand deu et grand'honte. Et le Leïon qui n'bourdeu pas d'gueuleu:
- "Et si la connaissance qu'eteu dans le peugneu est eustropiėe, on va mangeu tout not beurloquin!...".
- "Mais non" ȧ c'qui dit le si-car, "y a pas trop de mal, e n'a eu qu'la peur, elle est debout et ė parle très bien!".
- "Ah vaîre" à ċ'qui dit le gars Leïon, n'en faureu d'aoute que ça pour boucheu la goule à une menaïgeure!!".