Your browser does not support JavaScript! Joyeux Récits du Terroir Fougerais

Je seu chète tois fa su l'cul

Je saïs bé c'que c'est d'ava mal aux reins, je seu chète tois fâ sû l'cul.

Le premieu coup, c'te un lundi matin, le gars Alfred aveu fait le conscrit toute la neu si bel et si ben, qu'à six heures y n'teu pas arrivé.

Le père d'eut cé nous, li, il aveu une patte démanchée au genoua, et y ne pouveu appoueuyeu; je yi dis comme ça:
- "Les vaches e n'sont pas affourées et e breuillent le mort... Qui c'est ti qui va alleu cri la teurmeune dans ie champ du haout?".
- "Tu vas y alleu avec le Fred" à ce qui m'dit, "quand y va y ête arrivé".
- "Oui mais" que j'y dis, "je ne le tiens pas, le sacré fi de garce; je seu ti fûtée de ces courreries là!".

Et tout d'un coup ie vaïci arrivé.
- "T'as ben bu et mangé, et fait le follaou toute la neu et les vaches yeu, e n'ont rin dans la goule! Va bé fort att'leu la Gentille. Tu vas faoucheu et ma j'vas ramareu la teurmeune".

Ah il ne fût pas long, et vaïci ia jument attelée au teberia, et ma qui monte dedans. Ah bon gui, le sacré machin, qui n'aveu pas mis le benjarret. V'la le teberia qu'accule et me vaïci partie à la redindenne, dans la cour. J'avas un p'tit ka pu de quarante ans, j'tas cor jeune, mais y me falli ben trois semeunes pour m'rmettre au dreut.


Le deuxième coup, le père aveu le jaounisse (les bounhoummes ça ka ti pas toujoux à r'faire d'un bout ou de l'aoute) et falleu qui reuste couché.
Le Jean-Baptisse, le deuxième de mes gars il m'dit comme ça:
- "Memain" à c'qui m'dit, "vieu-tu ben que j'aille cé la Maria et nout beaou freure pour les aïdeu à pileu yeute piace".
- "Hôla vaîre" que j'reponis, "mais y faut que tu saïge là à cinq heures pour soigneu le beustial et m'aideu à tireu les vaches".
- "Oh deume oui" à c'qui dit, "tu peux yi compteu".

A cinq heures pas de Jean-Baptisse, à six heures personne. Falli ben que j'commence à tireu mes vaches. Mais j'eus ben du deu - les demones de vaches qui n'taient pas affourées, e ne faisaient que bougeu et de secoueu yeux cheugnes - je m'en fûs dire au père d'cé nous:
- "Va bé falla que j'monte dans le seunâ, tireu du fin et c'mmenceu a les affoureu".
- "Bé sûr que non" à ce qui m'dit le père, "tu n'vas pas monteu dans le geurnieu, pour deuglisseu, et dekeurouelleu et te casseu la goule, surtout que tu fais déjà un bon poids".
- "Sû ce que j'vaïs" à ce que j'dis, "tu m'en promets ta père, mais je vas y alleu quand même".
- "Tu c'mences à me faire sueu" à c'qui dit le père, "vas yi si tu vieux avec ta tête de bête".

Me vaïci partie, la colère me souffieu et les nerfs me portaient, j'tas déjà arrivée à l'avant dernieu barria de l'eucheule, qui s'mit à casseu sous ma, et me vaïci chète su l'dos et su un chaoudron par su le marché. Je m'mis à hucheu, les vaïsins accourirent. A yeu jeu dis comme ça:

- "Mes reins sont ben sûr cassés par la métié".

Ils m'emportirent su mon leu. J'avas les fesses déjà toutes naïres. Y furent qu'ri le meudecin, qui dit de m'mettre des compresses et de frictionneu avec deux ou trois boutaïllées. Je dis
- "Allez donc me chercheu des censures au moulin, ça vas mangeu l'sang tué".

Falleu vâ si les petites bêtes e s'regalirent, oui mais huit jours après j'tas su bout. Mais quelle secouée!...


Ah la troisième fâ, ça fût la bonne, et ça fût ben honteux, pisque ça se passit dans l'euglise.

On n'teu à ia veuille de la mi-août: je dis comme ça au père:
- "Faut que j'aille à confesse pour demain".

Y me dit:
- "Tu yiras aussi ben demain matin. avant la premieure messe".
- "Mais tu saïs ben qu'y a des gens de Fougeures qui vienront dîneu ce nous. C'est-ti-ta qui f'ra le fricot, faura que je seu rarivée de bonne heure...".

Me vai'ci partie. Je m'dis en ma-même:
- "Je vas me confesseu au vicaire. ll est tout à fait d'sorte noute petit vicaire. et pis, y ne nous eulourde point, et y prend ce qu'on yi donne".

Oui mais en arrivant dans la chapelle de gaouche, yi aveu ben unedouzaine de bonhoummes devant le confessionna; je m'dis:
- "A quelle heure je vas-ti passeu? Je vas-ti resteu là à iattende jusqu'à l'angelus et pt'ête ben cor après?".

Je r'garde dans la chapelle de dête, y n'aveu que cinq ȧ passeu, et y n'aveu déja deux dans la boaîte. Je fis une grand genuflexion. comme ben la raison, et je m'en fûs devant le confessionna au recteur en m'disant: "V'la l'grand quettu de gars Biaugende qui est tout fin prêt à rentreu mais y n'est pas be leuste, et la Victoire Mancia qu'est là amochonnée sû sa chaire, la tête enteur les mains, et qui ne regarde ni à gaouche ni à dėte, ou qui fait la mine, et pis les bourgadines n'ont pas tant d'ouvraïge ȧ faire que nous aoute, quand la sieune qué dans le creux va sorti, j'vas m'musseu be vite et j'vas ben les deubônneu".

Qui fût dit fût fait, quand la mėre Tesson sortit, je m'arochis à prendre sa piace. Oui, mais la Victoire e me dit:
- "T'es culottée ta, la mère, c'est pas à ta d'passeu, c'est à ma".

Et ye se mit ȧ m'prendre par une aïsselle, et le grand quettu de Biaugende en fit aoutant, si bel et si ben que j'avais baou me peisseu, de chaque queuté du creux, qui saquaient sû ma comme sû une bête. Et pis tout d'un coup, les vaïci qui lâchent tous deux, et me vaïci partie, si contrement dû par der, que je m'en fûs faire la cul peurcée dans le mitan de l'euglise. Falleu vâ comme les bounhoummes y rigolaient de ma gueule tout fin haout dans l'euglise. J'eus be du deu à m'eurlever, mais quand y oui' tout ça, le reucteur sortit et y se mit à m'engueuleu:
- "Vous devriez avoir honte à votre âge de faire du scandale dans l'ėglise". Mais j'y répondis:
- "Pardon Monsieur reucteur, c'est pas vous le pus gêné. Mais je sors toute fin sieute et vous _êtes pas prêt de m'revâs".

J'm'en fûs comme je pus cé Ia Modeste qui vend à baïre e m'chauffit un bon café ben arrosé et cor après e me fît baïre de la menthe, ça me ravigotit, mais quand i faIlu parti, je ne pus jamais m'r'dersseu, si ben que mon bounhoumme fût obligé de v'ni me chercheu avec la charrte.

Oui deume. je seu chète tois fâs su l'cul. Si j'avas té un gueursillon de fumelle, comme on en vaït en ville, y a longtemps que le croupion m'aureu peuté!...